Edito - Janvier 2024

Edito

Temps de lecture : min

1984

En ce début d’année 2024, il est bon de relire « 1984 » de Georges Orwell. Paru en 1949, ce livre s’inscrit en pleine guerre froide, et dépeint un monde futuriste où seulement deux sentiments sont encore autorisés : la haine de l’autre et la vénération du guide. Le personnage du roman vit dans une région en guerre, Oceania, où la pensée critique est réprimée et où la presse s’adonne à une réécriture permanente du passé.

Les années qui ont suivi la chute du mur de Berlin nous ont fait quelque peu oublier le monde d’Orwell. La mort annoncée du communisme, l’ouverture des frontières, la généralisation des échanges mondiaux de biens et des services mais aussi de références culturelles communes semblaient annoncer la promesse d’un monde meilleur libre de conflit.

« La rupture de 2020 interpelle.
Les frontières se ferment, l’une des dernières manifestations étant le vote de la Chambre des représentants américaine visant à bannir les importations d’uranium enrichi en provenance de Russie. »

.

L’extension des BRICS, les prises de positions divergentes autour des conflits israélo-palestinien et russo-ukrainien, marquent l’émergence de ce que certains appellent le « Grand Sud » : une opposition à l’Occident et aux valeurs que les occidentaux pensaient universelles.

Le monde occidental est en guerre déclarée avec la Russie tandis qu’une forme de guerre froide s’est installée entre la Chine et les États-Unis mais aussi entre l’Europe et la Chine.

Le retour du Politique, régulièrement cité depuis plusieurs années dans nos travaux, est visible dans bien des pays, tandis qu’ailleurs des régimes peu démocratiques accentuent leur mainmise sur leur population.

Le monde de l’an 2000 devait aussi apporter la prospérité à tous. 2024 nous montre l’aggravation des inégalités sociales, alors que les politiques des banques centrales et des États ont, par leur interventionnisme, favorisé l’augmentation de la richesse d’une minorité au niveau mondial

Certains économistes annoncent pour cette année 2024 une économie européenne en difficulté, plombée par un immobilier en berne, accentuant les difficultés d’accession à la propriété et par là même les inégalités.

Le pire n’est jamais certain, mais restons vigilants, car la peur du lendemain est souvent mauvaise conseillère et pourrait faire revivre des sentiments ou des comportements que Georges Orwell a si bien décrits.

Rédigé par

Lucile LOQUÈS
Directrice du pôle Actions Internationales

Le 15 novembre 2023

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 24 901 254 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.